Après que nos compagnons se soient aperçus qu'ils s'étaient trompés de fleuve, ils firent demi-tour et pour rattraper le temps perdu, marchèrent pendant quatre jours entiers. C'est avec fougue et curiosité qu'ils arrivèrent au bout du fleuve Drose.
Jhörg, épuisée par cette terrible marche, s'écroula par terre et s'endormit. Shiba, bien trop préoccupée par le parchemin, le relit en long et en large en s'interrogeant sans cesse sur sa signification et les étranges apparitions de ces derniers temps.

- Ne te tracasse pas trop, on va y arriver. chuchota Hyde.
Shiba était étonnée de la marque de sympathie dont la mystérieuse Hyde avait fait preuve. Shiba, anxieuse, s'isola dans un
coin avec Lilo et lui demanda conseil. Le petit Ulubi sortit sa tête puis se posta face à elle.
- Tu m'as l'air angoissé...
- Sûrement. Cette histoire, ça m'inquiète. Pourquoi nous ?
- C'est le destin, Shiba. On ne contrôle pas sa destinée. Vous êtes tous différents mais tous ces évènements en si peu de temps
vous ont soudés. Tu sais, malgré la différence, vous avez tous de grands pouvoirs.
- Justement, moi, je n'ai pas de réels pouvoirs. Quelques bombes et quelques pilules.
- Tu te trompes, tu as ton épée et tu as une aura profonde. Quand tu sauras la maîtriser, tu pourras accomplir des choses qui t'étonneront toi-même.

Shiba frotta son poignet.
- Tu peux m'expliquer à quoi sert cette chose ?
- C'est ton âme Shiba.
- Quoi ?
- C'est ton âme. Souviens-toi de tes origines.
- Je ne sais même pas d'où je viens ! exclama Shiba, en frappant vulgairement le sol.
Ses yeux rutilaient de larmes prêtent à couler.
- Il est temps que je t'explique...


- À qui elle parle ? demanda Hyde, exaspérée.
- À son ulumachintruc. répondit Archi.
- Tu crois que ça se mange ? saliva Hyde.
- Essaye, tu verras.

" Tu m'annonces ça, maintenant !"
Shiba se releva d'un bond et s'en alla en courant d'un pas vif.
Tous se retournèrent, ébahis et s'exclamèrent en cœur : "SHIBA !" (pertinent, n'est-ce pas ?)


Cela faisait près d'une demi-heure qu'elle courait, à travers les prairies qui bordaient le fleuve. Elle s'arrêta, suffocante. Sa poitrine haletante la faisaient souffrir. Elle se laissa tomber sur les genoux et se mit à sangloter. Elle leva la tête vers le ciel. D'un cri poignant, Shiba hurla : "Pourquoi m'as tu abandonné ?! J'étais ta fille et tu m'as laissé !Ses larmes redoublèrent. Sa détresse était si forte et son aura devenait de plus en plus intense. Tellement intense que les nuages devinrent gris, la pluie apparut et soudainement, l'orage s'abattit.


La relique de son poignet commença à luire. Le liquide foncé qui se trouvait à l'intérieur se propagea dans ses veines. Elle tomba sur le sol et son corps semblait se transformer. Prise de violentes convulsions,  elle s'agrippa  vainement à la terre, incapable de lutter contre la douleur qui lui taraudait la chair.

Jhörg se leva instantanément, réveillée par une sensation étrange. Elle sentait que quelque chose n'allait pas et décida de
partir chercher sa sœur.

Akira, Archi et Hyde crièrent en cœur : "JHÖRG !"
- Décidément !
- Ca doit être de famille...
Hyde un peu curieuse, suiva Jhörg qui ne s'en était pas aperçue.

Jhörg arpenta la forêt à la recherche de sa sœur. Elle ne mit pas longtemps à la trouver, tellement l'aura de Shiba s'était développée. Hyde l'avait bien senti aussi et se hâta. Enfin, Jhörg retrouva sa soeur dans un sale état, comme si elle avait été exorcisée. Un peu apeurée, elle s'approcha cependant...

Shiba gémissait par terre et Jhörg s'approchait toujours...

- Écarte-toi ! siffla Shiba.
- Mais c'est moi...Jhörg.
- Je serais toi, je l'écouterais. renchérit Hyde qui se dévoila de sa cachette.
Shiba bondit vers Hyde. Jhörg resta tétanisée devant cette scène. Impossible, ce n'était pas sa sœur.
Hyde tenta de la pousser mais Shiba lui attrapa la gorge et l'envoya valser à travers l'extrémité du champ.
- Putain, elle est devenue balèze, ta frangine.
Shiba se retourna. Jhörg analysa assez rapidement que c'était bien Shiba. Seulement ses yeux étaient remplis de rage, ses veines étaient devenus apparentes et foncés et son fameux poignet étincelait d'une vive couleur cuivrée.
- Je crois qu'elle a enfin compris ! s'exclama Hyde.
- Compris quoi ? rétorqua Jhörg, stupéfaite.
- Qu'elle venait de Linoa. Tu vois la relique rutilante à son poignet ?
- Oui !
- C'est le signe qu'elle est en transe.
- Et ca veut dire quoi ?
- Crois-moi, c'est pas bon signe !

Hyde se releva assez rapidement pour esquiver le coup de poing de Shiba. La pluie redoublait si fort qu'on ne voyait presque plus rien. Tout était gris. Hyde mit à profit la brume pour se dissimuler. Malheureusement, elle savait que la transe augmentait considérablement les cinq sens, presque au point qu'ils soient absolus. Shiba tournait autour d'Hyde sans vraiment savoir pourquoi elle s'en prenait à elle. Elle sentait une menace planer sur cette chose étrange. Elle était sur le point de jaillir sur elle lorsqu'une voix résonna dans sa tête.

Peu à peu, Shiba sortit de cet état de transe et redevint elle-même, malgré l'étourdissement.
- Pardon... murmura t-elle a Hyde.
Hyde s'approcha d'elle et la gifla en rétorquant :
- La prochaine fois, j'te bouffe.

Elles repartirent silencieusement toutes les trois rejoindre les autres.
Lorsqu'Archibale les aperçut il s'exclama :

- Je crois qu'on a trouvé les draps jaunes !
- Comment ça ? dit Jhörg.
- Là bas, c'est le désert. Il pointa du doigt.
- Et ?
- Les sables mouvants, ça bouge et c'est jaune. Coïncidence ?
- Je ne pense pas ! s'exclama Lilo.


Ce soir, repos. Demain, boulot.